Développement d’un système de surveillance et de contrôle de la fièvre aphteuse en Afrique de l’Ouest et du Centre

FMDmali-3La fièvre aphteuse (FA) est devenue une maladie endémique en Afrique de l’Ouest et du Centre. Bien qu’elle reste une maladie à faible mortalité, son impact global est énorme en termes de nombre d’animaux atteints et de pertes directes et indirectes qu’elle provoque. Pour les petits producteurs, les pertes sont estimées à 10% par an [1].

Au cours des deux dernières décennies, une recrudescence de la fièvre aphteuse en Afrique subsaharienne a été identifiée. Malgré la faible fonctionnalité des dispositifs d’épidémio-surveillance, de nombreux foyers de fièvre aphteuse sont signalés chaque année par les Services Techniques Déconcentrés de plusieurs pays sahéliens. Seulement en 2015 au Mali quatre foyers de fièvre aphteuse (trois à Kayes et un à Mopti) ont été signalés, avec 1335 animaux contaminés.

Une récente enquête [2] conduite auprès de 385 éleveurs transhumants dans 5 pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal) a révélé que la fièvre aphteuse est l’une des maladies qui affectent le plus les éleveurs transhumants au cours de leur mobilité, faisant de la FA une maladie transfrontalière importante à surveiller.

VSF International travaille en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) dans le cadre d’un projet pilote de développement d’un système de surveillance et de contrôle de la fièvre aphteuse en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Le projet, mené par VSF Suisse et mis en œuvre en collaboration avec VSF Belgique, AVSF (France) et VSF Italie, vise à :

  1. Élaborer une étude pilote pour établir la faisabilité d’engager des para-vétérinaires, des prestataires de services de santé animale privés ou d’autres acteurs non étatiques dans la collecte d’échantillons de fièvre aphteuse et la soumission aux laboratoires/autorités nationaux ;
  2. Évaluer le potentiel de développement des options de prévention, de gestion et de contrôle de la fièvre aphteuse.

Le projet est mis en œuvre au Mali, en ciblant 3 zones qui permettent d’évaluer les dynamique régionales des systèmes d’élevage familial :

  • la zone Ouest de la région de Kayes, caractérisée par des routes de transhumance pastorale entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal;
  • la zone Est, connue comme zone pastorale Gourma, qui prends en compte les mouvements de troupeaux entre le Mali, le Burkina et le Niger;
  • la zone Centrale, dans la ceinture périurbaine de Bamako, plutôt caractérisée par un mode plus intensif d’élevage avec une pratique d’amélioration génétique des races locales pour l’augmentation de la production laitière.

FMDmaliLes activités ont démarré en mai 2018, avec une série de formations pour les para-vétérinaires, prestataires de services de santé animale privés et autres acteurs non étatiques sur l’épidémiologie, le diagnostic et la collecte et la gestion des échantillons, avec des parties théoriques et pratiques.

FMDmali-5Par la suite, 150 kits de détection de la fièvre aphteuse ont été distribués aux agents de terrain, qui sont chargés d’effectuer l’échantillonnage dans les trois zones d’intervention. Des échantillons sont en cours de collecte et seront soumis au laboratoire de référence pour la caractérisation virale en juillet 2018.

Le projet prévoit également l’organisation d’un atelier multi-acteurs à la fin du mois de juillet pour évaluer les écarts actuels entre l’offre et la demande de services vétérinaires de la fièvre aphteuse et identifier les mesures nécessaires pour réduire ces écarts. Pendant l’atelier, les participants identifieront les besoins de renforcement des capacités des agents communautaires de santé animale (ACSA), des éleveurs et d’autres acteurs non étatiques, et évalueront le potentiel du marché de la vaccination au Mali, en vue de l’extension de l’initiative à la région Afrique de l’Ouest et du Centre.

 


1. Knight-Jones, T. J. D., & Rushton, J. (2013). The economic impacts of foot and mouth disease – What are they, how big are they and where do they occur? Preventive Veterinary Medicine, 112(3-4), 161–173. http://doi.org/10.1016/j.prevetmed.2013.07.013

2. Thebaut, B. (2017) Résilience pastorales et agro-pastorales au Sahel. Portraits de la transhumance 2014 – 2015 et 2015-2016 (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger). http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/afl_etude_resilience_juin2017_abregefr.pdf

 

Pin It on Pinterest

Share This