Accroître la compréhension et la sensibilisation aux systèmes pastoraux en Ethiopie

 

 

 

 

 

 

 

Enseignement et compréhension pastoraux en Ethiopie

L’un des grands défis auxquels est confronté le pastoralisme en Ethiopie est le manque de compréhension des décideurs quant aux pratiques et système pastoraux, ainsi que la diminution du savoir indigène transmis de génération en génération. Des données secondaires non-coordonnées et des résultats de recherche associés à des connaissances insuffisamment documentées contribuent au déclin des capacités ainsi qu’à une incompréhension du pastoralisme. Une récolte systématique devrait permettre de développer les compétences adéquates et aider les professionnels à implanter de manière appropriée les programmes dans les régions pastorales.

L’université Tufts, en partenariat avec cinq universités éthiopiennes, a développé un cursus d’éducation pastorale. Ce modèle cible l’Afrique de l’Est afin de développer les compétences et accroître la compréhension et la sensibilisation au système pastoral parmi les jeunes professionnels, ceci à travers l’inclusion du pastoralisme comme branche transversale ou en tronc commun dans un certain nombre d’universités. L’objectif est de rendre compte de la vulnérabilité des pasteurs, de leurs compétences et de leur participation active dans la promotion de politiques pastorales adéquates et dans l’amélioration des prestations de service. Ce cursus vise également à former d’une part les décideurs-clé des politiques pastorales et d’autre part les professionnels impliqués dans les secteurs soutenant les besoins et intérêts des pasteurs. Cette initiative se focalise également sur le renforcement des capacités en cours d’emploi des collaborateurs et sur le tutorat de jeunes diplômés dans l’application pratique de leurs connaissances et compétences, à travers le parrainage de formations de courte durée, de stages et de formations adaptées au pastoralisme.

Le développement de ce cursus est basé sur trois piliers pastoraux : 1) La mobilité. 2) La dépendance au troupeau. 3) La variabilité du climat et l’adaptabilité – la viabilité des effets et des investissements socio-économiques, i.e. la conversion des terres, la protection du cheptel et l’usage des ressources naturelles. Les universités de ce programme sont les universités Afar-Samera, Jijiga, Bule Hola et Borana.

Eunice Obala

VSF Germany

Pin It on Pinterest

Share This